Lhassa__25_

   1950,  80 000 soldats chinois de l'Armée Populaire de Libération marchent en direction du Tibet Oriental. Mal préparés, les Tibétains ne peuvent lutter efficacement contre cette invasion et un an plus tard, le Tibet devient définitivement intégré a la République Populaire de Chine. La Chine justifie son intervention : le Tibet est un pays féodal où règne le servage, d'où la nécessité de libérer ce peuple asservi. 1 000 000 de tibétains seront exterminés par les hommes de Mao... Depuis plus d'un demi-siecle, le Tibet subit toutes les atrocités de la politique "d'éducation patriotique" menée par le gouvernement central : destruction de la quasi-totalité des temples et monasteres, mise en place de camps de réeducation, les condamnations a mort sont pratiques courantes pour les tibétains soupconnés d'activité ''anti-régime'', et les moines sont obligés de renier le Dalai-Lama sous peine d'emprisonnement ou de torture. Les autorités chinoises ont d'ailleurs annoncé qu'elles choisiraient officiellement le 15eme Dalai-Lama...

   Lhassa n'est plus la cité interdite d'antan. Elle est actuellement peuplée de 70% de chinois, émigrants (colonisateurs !) des provinces voisines du Sichuan et du Yunnan pour la plupart. En discutant dans le train entre Golmud et Lhassa, une question revient tout le temps : Qu'allons nous trouver a Lhassa ?  Reste-il une "ame tibétaine" ou la politique de sinisation du Tibet a-t-elle ''réussie'' ?

   20h00, le train arrive en gare de Lhassa. Super, notre guide, un tibétain, nous attend a la sortie de la gare ! Nous étions persuadés que ce serait un chinois ! Pour info, nous avons été obligés de payer un guide pour trois jours afin d'obtenir le permis d'entrée au Tibet. Mais bon, il est super sympa et parle un anglais pas mal du tout ! Le lendemain matin, il nous propose de nous rendre au Jockang, le temple le plus sacré du Tibet et un des rares temples a ne pas avoir été détruit. Nous circulons a travers les ruelles, croisons les regards de tibétains (ouf il n'y a pas que des chinois !), puis, alors que nous approchons, nous distinguons au loin une foule en mouvement devant le temple. Mais qu'est ce qu'ils font ? Nous arrivons alors a leur niveau et quelle ne fut pas notre stupeur : des milliers de pélerins tibétains se prosternent a l'entrée du temple, s'allongent a plat ventre puis se remettent debout sans jamais s'arreter. C'est incroyable ! Nous nous sentons véritablement plongés dans un autre monde. Des pélerins affluent encore de tous les cotés et se rapprochent du temple sacré au rythme de trois pas, prosternation a plat ventre, trois pas, prosternation et ainsi de suite...

Lhassa__45_

   Ce doit etre épuisant ! Quelle ferveur religieuse ! Nous réalisons alors que Oui, l'ame tibétaine est toujours bien la ! Le gouvernement de Beijing enrage de voir qu'apres 50 ans de révolution culturelle et ''d'éducation patriotique", la dévotion des tibétains envers leurs lamas est toujours aussi forte. Nous rentrons dans le Jockang.

Lhassa__159_

   L'ambiance est inimaginable, nous n'avons jamais été aussi dépaysés. Une foule de pélerins fait la queue pour se prosterner devant les milliers de Bouddhas ; c'est la cohue, les gens nous regardent, sourient, puis s'en retournent aussitot a la priere. Et nous circulons, les yeux ébahis, a travers la foule. Au millieu, des moines étudient les paroles du Bouddha en chantant, alors qu'a l'étage du dessus, le grondement puissant d'un gong retentit. Nous sommes véritablement fascinés.

Lhassa__122_

   A la sortie du temple, nous restons de nouveau unr bonne heure bouche-bée a regarder tous ces pélerins. Beaucoup de tibétains nous saluent d'un "hello" avec un grand sourire, viennent nous voir pour échanger quelque mots ou poser, ravis, pour une photo.

Lhassa__10_

   Les enfants sont les plus impressionnés, surement a cause de nos barbes et notre look européen. Ils se mettent systématiquement devant nous et nous regardent d'un air curieux et interrogatif. Mais les tibétains sont pauvres, tres pauvres. Les chinois monopolisent des pans entiers de l'économie, laissant une part importante des tibétains dans la misere. La mendicité est omniprésente, dans les rues, dans les restos ou une dizaine de mendiants peuvent passer en une heure. Des enfants de moins de 6 ans mendient souvent, nous tirent nos vetements pour nous arreter dans la rue... Triste spectacle vraiment !

   Depuis que nous sommes arrivés a Lhassa, nous sommes surpris de constater les similitudes entre les peuples mongols et tibétains : leur facies, leurs vetements, leur musique, leur facon de vivre... Mais il faut dire que dans le passé, la Mongolie a subit de grandes influences tibétaines, notamment d'un point de vue religieux, ce qui explique que 80% des mongols sont de religion lamaique.

   A l'heure actuelle, il existe toujours de grandes incertitudes concernant les possibilités de traverser le Tibet a vélo. C'est pourquoi nous resterons a Lhassa pour au moins 5 jours encore !